Bourreaux d'animaux




Jasmin Lemire 
reconnu coupable de cruauté envers les animaux pour avoir décapité deux chiens et noyé un chat


Le 12 décembre 2011, les inspecteurs de la Société protectrice des animaux en Estrie (SPA-Estrie) assistés du Service de police de Sherbrooke sont intervenus à une première adresse reliée au suspect. Les inspecteurs de la SPA ont découvert la tête scalpée d'un chien qui se trouvait dans la poubelle extérieure d'une résidence de la rue Lacombe. 

Cette découverte a incité les inspecteurs à se rendre, le lendemain, à une seconde adresse, à savoir au domicile en question sur la rue Félix-Hébert. Lors de cette perquisition, ils y ont notamment découvert un couteau dont la lame portait des poils, des traces de sang, des viscères ainsi que des colliers pour animaux de compagnie. 

Dans la nuit du 18 au 19 décembre, le même individu a été surpris en sortant d'un commerce du boulevard Saint-François Nord. Il a pris la fuite avec un chat dans les bras. Lorsqu'il a vu les policiers, il s'est dirigé vers la rivière et y a lancé l'animal avant d'être arrêté. 

De retour devant le tribunal, le 29 décembre, à quelques reprises, alors qu’il était dans le box des accusés, escorté par deux agents du service correctionnel, Lemire a esquissé des sourires. Appelé à répondre au magistrat à savoir s’il avait bien saisi ce qui se passait, Lemire a répondu : «Je comprends, mais pas totalement ». Une évaluation psychiatrique a alors été demandée. 

Après avoir subi une évaluation psychiatrique et avoir été déclaré apte à subir son procès, Jasmin Lemire a été reconnu coupable le 20 janvier 2012 de cruauté envers les animaux, de possession simple de stupéfiants, de possession pour fin de trafic de méthamphétamine et de cocaïne et du recel d'un GPS.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec lui a imposé cinq mois de détention, dont déjà un a été purgé depuis son arrestation. Il devra se soumettre à une probation de deux ans, dont 18 mois avec suivi. Il devra s'abstenir de consommer drogue ou alcool et ne pas posséder d'animaux. 

Selon la Société protectrice des animaux en Estrie (SPA-Estrie), la sentence de Jasmin Lemire est la plus sévère jamais imposée pour un crime impliquant des animaux. Lemire a reconnu avoir décapité deux chiens et avoir lancé un chat dans la rivière Saint-François. « C'est la première fois qu'un dossier d'enquête mené par la SPA-Estrie conduit à une peine d'incarcération. C'est relativement rare qu'une peine de prison soit imposée. Habituellement, les délinquants se retrouvent avec une amende et une interdiction de posséder des animaux «, soutient la porte-parole de la SPA-Estrie, Cathy Bergeron.


Le jugement


le Fil de presse 

Le 20 décembre 2011
La Tribune 
Accusé d'avoir décapité deux chiens

Le 21 décembre 2011
 Le Journal de Sherbrooke
 Jasmin Lemire aurait scalpé deux chiens

Le 30 décembre 2011
La Tribune
Jasmin Lemire confié au département de psychiatrie au CHUS

Le 4 janvier 2011
Le Journal de Sherbrooke
Une évaluation approfondie pour le présumé éventreur d’animaux

Le 23 janvier 2012
Le journal de Sherbrooke
L’égorgeur de chiens écope de quatre mois de prison avec suivi

Le 24 janvier 2012
La Tribune de Sherbrooke
Jasmin Lemire écope de cinq mois

Le 24 janvier 2012
Estrie Plus
Le mauvais traitement des animaux : un crime répréhensible

Le 25 janvier 2012
Le journal de Sherbrooke
Cinq mois de détention : « Justice a été rendue », selon la SPA

Le 25 janvier 2012
La Tribune
Une premièr
e peine de prison pour cruauté envers les animaux en Estrie