Victime de la cruauté

Gatineau, le 17 juillet 2015

MIGNONNE

Une chatte retrouvée gisante et littéralement défigurée






Mâchoire pendante et yeux sortis des orbites, Mignonne gisait encore consciente, à une douzaine de pieds de la chaussée, dans les environs de la rue Hillcrest, en haut de la rue Main.

En 20 ans, la directrice de la SPCA de l'Outaouais, France Dubois, n'a jamais vu un chat aussi mal en point.

Dre Sylvie Choquette, vétérinaire, a confirmé, par écrit à la SPCA, la sévérité des lésions. Parlant d'une «sévérité indescriptible», la vétérinaire n'hésite pas à décrire une «cruauté animale extrême». Les spécialistes, qui en ont vu d'autres, ont eux-mêmes été choqués. «L'euthanasie immédiate était la seule solution à envisager».

L'animal a subi son triste sort le 17 juillet. Le propriétaire et les responsables de la SPCAont l'impression que la chatte a été frappée d'un coup de pelle ou d'objet contondant.

L'organisme a pu retrouver le propriétaire grâce à la médaille du chat.

«C'est extrêmement traumatisant de voir un animal avec qui on a passé tant d'années dans cet état», confie le propriétaire de la chatte, Daniel Rheault. La SPCA lui a suggéré de ne pas aller voir l'animal avant son euthanasie, mais le Gatinois a tenu à dire un dernier au revoir à Mignonne. «Elle ne voyait plus rien, mais elle m'a quand même reconnu, et a tenté de miauler.»

«C'est extrêmement traumatisant de voir un animal avec qui on a passé tant d'années dans cet état.»

Selon la patrouilleuse Isabelle Boileau, il est presque impossible que la chatte ait été happée par une voiture. Ce genre d'accident cause des blessures multiples, et pas seulement à la tête. Le corps du chat était intact. En presque 15 ans de carrière, Mme Boileau non plus ne se souvient pas d'une telle affaire.

S'il s'agit d'un résident refusant la présence d'un chat sur sa propriété, il devrait savoir qu'il existe des moyens de repousser l'animal sans violence.


Dénonciation de cet acte de cruauté
dans les médias

Le 27 juillet, la SPCA et le propriétaire de Mignonne ont décidé de dénoncer cet acte de cruauté.

Publication de la SPCA:

La directrice générale de la SPCA de l’Outaouais, Mme France Dubois et le propriétaire d’une chatte ayant possiblement été victime d’actes de cruauté, ont voulu dénoncer devant les médias ce matin, une situation survenue la semaine dernière.

En effet, les patrouilleurs de la SPCA ont été appelés le 17 juillet dernier, pour secourir une chatte blessée sur la rue Hillcrest à Gatineau. A leur arrivée, ils ont été horrifiés par ce qui les attendait. En effet, en 20 ans de carrière, ils n’avaient encore jamais vu de chats en aussi mauvaise condition étant toujours en vie. C’est avec beaucoup d’émotions qu’ils ont contacté l’équipe médicale de la SPCA afin de les prévenir de leur arrivée.

Puisque la chatte portait sa licence municipale, le propriétaire fut aussitôt alerté. Quelques minutes plus tard, il arrivait au refuge, visiblement inquiet. Malgré nos réserves, il insista pour voir sa chatte et pour être à ses côtés. Lorsqu’il fit son entrée en salle de chirurgie, il eut beaucoup de peine à contenir ses émotions en voyant sa Mignonne, âgé d’à peine 6 ans, complètement défigurée et méconnaissable. Ses yeux étaient sortis de leur orbite et sa mâchoire pendait lâchement. Celle-ci reconnut aussitôt la voix de son maitre et tenta de miauler pour le lui faire savoir. C’est alors sous les paroles et les caresses réconfortantes de son maître que. Mignonne laissa échapper son dernier et poignant miaulement.

Suite à l’examen de Mignonne, l’hypothèse d’un acte accidentel est mise en doute. C’est pourquoi le propriétaire de l’animal, tient à dénoncer ce geste afin de sensibiliser la population au bien-être des animaux.

De son côté, la SPCA, profite de l’occasion pour tenter d’obtenir davantage d’informations de la part du public sur les témoins possibles de l’évènement et désire rappeler aux citoyens qui vivent des désagréments en raison de la présence de chats errants, qu’il existe plusieurs méthodes pour remédier à la situation sans avoir à poser de gestes méprisables envers l’animal en question.

Appel à témoin de la SPCA

Sur la page Facebook de la SPCA de l'Outaouais, un appel à témoin a été lancé. On peut y lire:

La police est maintenant active dans ce dossier. Le NUMÉRO DE DOSSIER est le : 15-38976. La population est réellement le meilleur outil pour obtenir des informations. Toute personne ayant des renseignements pouvant influencer le déroulement de l'enquête est prié de communiquer directement avec le service de police tout en mentionnant le numéro de dossier ci haut mentionné.

Grace à de sensibles et généreux donateurs il sera possible d'OFFRIR UNE RÉCOMPENSE à toute personne pouvant fournir des informations menant à l'identification d'un possible suspect! Une page Facebook @Justice pour Mignonne à été créée afin de récolter vos dons. Les gens intéressés à participer à cette collecte sont priés de le faire à travers cette page.

La SPCA de son côté, continue de collaborer avec la police dans ce dossier.
Le propriétaire de Mignonne est très touché par vos bon mots et désire vous remercier de votre collaboration!



Fil de presse

Le 27 juillet 2015
TVA Gatineau
Gatineau : la SPCA dénonce un horrible cas de cruauté animale

Le Droit
Mignonne, la chatte, victime d'un acte barbare?

Ici Radio-Canada
Un des pire cas de maltraitance, selon la SPCA

Info 07
Mignonne a fini sa vie défigurée

CBC News
Possible cat beating called worst case in 20 years by Outaouais SPCA

CTV News
Outaouais SPCA investigate case of animal cruelty

CFRA Radio
Vicious attack on a Gatineau cat has SPCA looking for suspects