Paws R Us
552 4th Concession Rd
Clarendon

Récapitulatif des évènements
survenus
dans ce lieu d'élevage
avant la saisie de 2011

  • En 2009, lors du procès pour diffamation de Paws R Us contre Lorie Gordon, Daniel Davenport a témoigné qu'il était porteur d'un statut d'officier de paix au Québec. Il était enquêteur de la SPCA de Montréal et y travaillait depuis vingt ans. Il a témoigné qu'il a visité les installations de Paws-R-Us à cinq reprises jusqu'à ce qu'on lui refuse l'entrée en février 2005. (1)
  • Entre le 8 mars 2005 et le 13 octobre 2006 : Réception par ANIMA-Québec de quatre plaintes concernant ce lieu d’élevage.
  • Le 14 mars 2007 : Première visite d’inspection. Trois avis de non-conformité sont alors émis. Dans le rapport d'inspection, on peut lire que l'on décompte environ 470 chiens, des lapins et des dindes.
  • Le ou vers le 10 avril 2007 : Envoi du rapport  et des recommandations relatifs à la première inspection.
  • Le 9 juillet 2007 : Réception d’une cinquième plainte concernant ce lieu d’élevage.
  • Le 31 juillet 2007 : Deuxième visite d'inspection de ce lieu d’élevage.
  • Le ou vers le 16 août  2007 : Envoi du rapport  et des recommandations relatifs à la deuxième inspection.
  • Entre le 24 octobre 2007 et le 10 mars 2008 : Réception par ANIMA-Québec de cinq autres  plaintes concernant ce lieu d’élevage.
  • Le 26 mars 2008 : Troisième visite d’inspection de ce lieu d’élevage.
  • Le ou vers le 16 avril 2008 : Envoi du rapport  et des recommandations relatifs à la troisième  inspection.
  • Entre le 1er mai 2008 et le 27 août 2008 : Réception par ANIMA-Québec de deux autres  plaintes, pourtant à douze le nombre de plaintes,  concernant ce lieu d’élevage.
  • Le 23 septembre 2008 : Quatrième visite d’inspection de ce lieu d’élevage.
  • Le ou vers le 9 septembre 2009 (soit près d’un an plus tard!) : Envoi du rapport  et des recommandations relatifs à la quatrième inspection.
  • Entre le 1er janvier et le 9 septembre 2009 : Réception par ANIMA-Québec de deux autres  plaintes concernant ce lieu d’élevage.
  • Le ou vers le 11 juin 2009 : Dépôt d’un rapport d’infraction au Bureau des Infractions et Amendes faisant suite à la quatrième visite d’inspection
  • Entre le 1er septembre 2009 et le 8 août 2011 : Réception par ANIMA-Québec de seize autres  plaintes, pourtant à trente le nombre de plaintes,  concernant ce lieu d’élevage.
  • Le 16 septembre 2011 : Cinquième inspection et perquisition.

Première condamnation

Le 23 septembre 2008, l'endroit a été mise en infraction par ANIMA-Québec pour un élevage comptant 465 chiens dont les constats d'infractions étaient les suivants:

1.  
Étant propriétaire d'un animal gardé dans un but de vente ou d'élevage, n'a pas maintenu propre le lieu où cet animal était gardé.
2.
Étant propriétaire d'un animal gardé dans un but de vente ou d'élevage, ne s'est pas assurÃé que l'aménagement ou l'utilisation des installations ne soit pas susceptible d'affecter la sécurité et le bien-être de l'animal

Le plaidoyer de culpabilitÃé fut enregistré le 1er décembre 2011

Amende : 400 $/chef
Frais : 128 $/chef
Total:
1 0 56 $




saisie le17 septembre 2011
et
deuxième condamnation

                           
  

Paws R Rus est une entreprise familiale oeuvrant dans la vente de chiens depuis 1996.

Or, le 17 septembre 2011, à  la suite d'une inspection du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) effectuée la veille à  Paws R Us, plusieurs vétérinaires procèdent au déménagement de tous les chiens vers un refuge d'urgence à Lachute. Il s'agissait alors de la plus importante saisie d'animaux jamais réalisée au Québec. 

Avant cette opération, 700 animaux avaient été saisis dans la province depuis 2005.

Video de HSI Canada

 


Les bêtes touchées étaient sous-alimentées, avaient des problèmes de peau et des difficultés respiratoires. Une forte odeur d'excréments règnait dans la ferme. Des cas d'avortement de chiots ont aussi été rapportés.

Après examens vétérinaires, on constate qu'un chien sur trois est malade et tous les chiens auront besoin de soins particuliers.  Ils souffrent surtout de toux de chenil, d'otites, d'infections de la peau et des yeux ainsi que de plaies de morsure.

Au total, 522 chiens. dont des adultes, des chiots et des femelles gestantes onl été saisis.

Lien vers la liste des chiens saisis

On comptait dans ce chenil 70 chiens de grande race, comme le Saint-bernard, 70 chiens de moyenne race comme le Labrador, 385 chiens de petite race, comme le Caniche. De plus, 90 chiots étaient nés depuis la saisie. Mais ce nombre augmentait, car il en naissait chaque jour.

Suivi médical des animaux saisis


Le 24 novembre, après deux jours d'audience, les propriétaires ont plaidé coupables à 17 constats d'infractions.  Une entente hors cour oblige les propriétaires du centre d'élevage Paws-R-Us, Nicole et Charlene Labombard, à payer une amende de près de  10 200 $, soit l'amende maximale de 600 $ par chien maltraité en vertu de le Loi sur la protection sanitaire des animaux. Pourtant quelques jours plus tôt, on apprenait que les frais de garde depuis la saisie des 527 chiens avaient atteint les 500 000 $. Le juge a également donné l'autorisation pour l'adoption des animaux.

Les accusées sont revenues en cours le 22 juin 2012, leur dossier étant transféré du palais de justice de Campbell's Bay à celui de Gatineau. à cette occasion, une requête pour leur interdire d'exploiter un commerce a alors été enrtendue.

Nicole et Charlène Labombard ont été condamnées à  être limitées, pendant une période de deux ans, - soit la pénalité maximale de l'époque - à posséder un maximum de trois animaux, à  savoir des chats ou des chiens.  Un juge a émis une ordonnance en ce sens à la suite d'une entente entre la défense et la poursuite.

Or, le 6 décembre 2012, Ottawa Human Society publiait sur son blog que Paws R Us éait toujours actif et avait refait surface sur kijijii malgré l'interdiction ordonnée en juin de la même année. Ils ont adressé à ANIMA-Québec demandant d'intervenir et ont reçu une réponse évasive. Ils ont alors adressé une lettre au ministre du MAPAQ, François Gendron, lui demandant d'agir immdiatement, ce qui semble être resté lettre morte.

Depuis le 23 juin 2014, elle peuvent vendre des chiens légalement.


Lien vers le rapport d'infraction

Lien vers la suite du rapport d'infraction

Lien vers les photos

Lien vers les photos 2

Lien vers les photos 3



Paws R Us 
poursuit en diffamation Lorie Gordon


Lors du procès, Daniel Davenport a témoigné qu'il était porteur d'un statut d'officier de paix au Québec. Il est enquêteur de la SPCA de Montréal et travaille depuis vingt ans. Il a témoigné qu'il a visité les installations de Paws-R-Us à cinq reprises jusqu'à ce qu'on lui refuse l'entrée en février 2005.

Il a expliqué qu'au Québec, il y a plusieurs organismes qui régissent l'élevage des chiens. Il a témoigné que lors de ses inspections de Paws-R-Us, il avait noté un certain nombre de problèmes de santé, comme des plaies ouvertes sur les chiens, des chenils extrêmement sales et un surpeuplement. Il a témoigné qu'à chaque visite, il examinerait des dossiers sur papier et que, selon les documents, il y aurait 80 à 85 races différentes de chiens adultes. Interrogé sur le nombre de chiots, M. Davenport a déclaré que, de mai 1999 à mars 2000, il avait reçu des rapports du vétérinaire traitant sur la vaccination de 412 chiots de cinq semaines suivis jusqu'à l'âge de 12 semaines. Il a également témoigné qu'un jour d'avril 2000, le vétérinaire traitant avait signalé avoir vacciné 312 chiots de 6 semaines ou plus. M. Davenport n'a jamais témoigné qu'il avait compté tous les chiens dans tous les bâtiments de Paws-R-Us.

Il a déclaré qu'à l'époque où il a inspecté l'opération, il y avait beaucoup de chiens et ils ont été maintenus dans des conditions inférieures aux normes. Lorsqu'on lui a demandé s'il s'agissait d'une usine à chiots, il a répondu que selon son opinion professionnelle, Paws-R-Us était une usine à chiots au moment où il effectuait ses inspections. Il a ajouté que, simplement parce qu'il croyait qu'il s'agissait d'une usine à chiots, au Québec, ce n'est pas suffisant pour porter des accusations. Il a expliqué qu'au Québec, le critère qu'ils doivent respecter se trouve dans le Code criminel du Canada et que les chiens doivent être maltraités au point de menacer leur vie. M. Davenport a été invité à confirmer qu'il croyait que Paws-R-Us était une usine à chiots et il a confirmé lors de son interrogatoire et en contre-interrogatoire que Paws-R-Us était une usine à chiots.

Le 22 juillet 2009, James, Charlene et Nicole Labombard gagnent une poursuite pour diffamation contre Lorie Dixon (Lorie Gordon) pour avoir mis en ligne sur Internet plusieurs messages prétendant que Paws R Us éait une usine à chiots.

Pour rendre son verdict, le juge avait alors utiliséla définition du PIJAQ (Conseil consultatif mixte de l'industrie pour animaux du Canada) pour considérer la description de Mme Dixon comme diffamatoire et la condamner à verser 14 000 $. Dans cette cause, le directeur du PIJAC, Louis McCann, avait affirmé : what I found did not support the designantion of a puppy mill.(page 4 du jugement).

Le jugement a été porté en appel.
Après la condamnation des Labombard et l'affirmation par le juge que Paws R Us était une usine à chiots, les Labombard annulent leur poursuite envers Madame Gordon.



Fil de presse de cette saisie



Le 17 septembre 2011

TVA nouvelles

Outaouais - 527 chiens saisis sur une ferme
Le 17 septembre 2011                     

TVA nouvelles

Saisie de 527 chiens: Entrevue (Guy Auclair dir. Santé animale MAPAQ)

Le 17 septembre 2011                             

TVA nouvelles

Saisie de 527 chiens: Explications

  Le 17 septembre 2011                           

TVA nouvelles

Vidéo à  l'intérieur du Paws R Us

Le 17 septembre 2011

TVA nouvelles                      

Saisie de 527 chiens: voyez le reportage



Le 17 septembre 2011                          

Radio-Canada

Saisie record de chiens maltraités en Outaouais


Le 17 septembre 2011

La Presse               

Plus de 500 chiens maltraités saisis en Outaouais



Le 17 septembre 2011

24 heures

Les propriétaires des chiens sous le choc


Le 18 septembre 2011

TVA nouvelles           

Légiférer pour éviter la cruauté: entrevue



Le 18 septembre 2011

La Presse

Chiens maltraités en Outaouais: les vétérinaires peu surpris


Le 19 septembre 2011

Radio-Canada                 

Le MAPAQ a terminé l'évacuation de 527 chiens d'un chenil en Outaouais



Le 19 septembre 2011

La Droit

Chenil insalubre à Clarendon, dans le Pontiac - Plus de 500 bêtes secourues

Le 19  septembre 2011                   

Le Nouvelliste

500 chiens maltraités secourus


Le 19 septembre 2011

Journal de Québec                 

Une loi plus mordante réclamée pour enrayer les usines à chiots



Le 19 septembre 2011

TVA nouvelles

Québec resserre la réglementation sur le bien-être...

Le 19 septembre 2011                      

CNews

Embattled dog breeder claims she was 'set up'   


SUITE du fil de presse